SciSys Leonardo

L’échiquier Leonardo, avec les modèles Galileo et Renaissance peut se comparer à la série modulaire de Hegener & Glaser (Mephisto). Contrairement à la série des échiquiers Mephisto, le concept modulaire de Scisys a une âme, en effet ils sont tous utilisables de base sans module additionel. Ils contiennent en effet le programe du Scisys Turbo S-24K. Le leonardo est un grand échiquier en bois modulaire assez proche du Galileo. Les différences sont internes, comme le système d’exploitation et le bus de données empéchant le Leonardo de recevoir le meilleur module maison, le Sparc de Dan et Kate Spracklen. Son plateau possède des capteurs magnétiques qui enregistrent bien les déplacements, même ceux réalisés avec moins de précision de sorte que cet échiquier se prête très bien aux parties blitz. L’échiquier luxueux et très abouti aurait par contre mérité un programme à la hauteur. Mais heureusement, la modularité permet de doper la machine avec des modules plus forts que le Turbo S-24K.

En ce qui concerne les modules, je vous invite à visiter l’excellent article de Blitzchess. Il est parfois difficile de s’y retrouver. Ces modules continnent leur propre processeur qui se substitue à celui qui est intégré de base dans le Leonardo pour la partie moteur d’échecs. Il existe essentiellement deux types de modules: avec ou sans écran LCD informatif. La série sans écran s’appelle Maestro, celle avec est la série Analyst. A cela s’ajoutent les modules Brute Force, dont le moteur est de Frans Morsch, et le fameux module Sparc, qui est sans doute l’aboutisssement des programmeurs vedette de Fidelity, Dan et Kate Spracklen. Pour ce qui est des modules les plus courants, le Maestro existe avec des programmes en version A, B, C, D, D+ et D++ avec des vitesses d’horloge de 4, 6, 8, 10, 12 ou 16 MHz. L’Analyst peut se trouver avec les versions B, C, D, D+ et D++ à 6, 8, 10, 12 ou 16 MHz. Aujourd’hui, ces modules sont très difficiles à trouver en occasion.

Les modules Maestro et Analyst étaient disponibles à partir de 1987 chez Saitek, le nouveau nom de SciSys. Les modules B et C peuvent être complétés par la ROM EGR de fin de parties. A partir de la version D, la ROM correspondante s’appelle EGRII. La version A n’étant pas compatible avec les évolutions, elle ne peut pas être mise à jour avec les firmwares B à D. Pas plus qu’elle ne pouvait utiliser la ROM de fin de parties EGR. A noter que la version A était pourvue de la bibliothèque d’ouverture KSO de la série Turbostar, elle est donc le successeur direct des Turbostar. A partir de la version B, il était possible de changer les firmware et mettre à jour par eproms vers les version C à D++.

Pour déterminer la version, B, C, D, D+ ou D++ d’un module ou du firmware d’un autre échiquier recevant le même moteur comme le Simultano ou le Turbo King, il est possible d’utiliser la diagramme qui se trouve dans mon article sur le Saitek Turbo King.

La photo suivante a fait la couverture de l’édition numéro 1 de 1987 de la revue Computer Schach und Spiele, on y voit Garry Kasparov devant un Leonardo.

Et voici le contenu dédié au Leonardo de cette édition. Désolé pour ceux qui ne lisent pas l’Allemand. A noter le tournoi sur 100 parties en cadence compétition 40 coups / 2 heures ! Les opposants étaient le Leonardo Maestro 6 MHz, le Novag Forte A, le Mephisto Rebel 5.0, le Scisys Turbostar KSO et un Fidelity Excellence tuné à 4.2 MHz. Bon, le module Maestro ne fait pas partie de ma collection mais le Leonardo est très bien documenté dans ces pages de la revue CSS.

Dans le numéro 45 de la revue Jeux et Stratégie, voici ce qui est dit du Leonardo:

Je n’ai pas joué énormément avec le Leonardo, mais je dois dire que je connais bien son style de jeu étant donné que j’ai fait énormément de parties contre le même programme qui est intégré dans le SciSys Turbo 16K. Mais plus là-dessus sera dit dans un article consacré à ce dernier. Dans l’article consacré à un petit tournoi au format suisse et à 15 secondes par coup, il y a deux parties commentées. Dans la première, le Leonardo tient la dragée haute face au Saitek Präsident, qui possède quand même 400 elo de plus. Le Präsident se fait piéger tactiquement par le Leonardo, un comble quand on connait la force tactique des programmes de Frans Morsch. Dans la seconde, je reussis à le battre, mais j’ai du m’employer un peu pour cela.